Par la mort, le 12 novembre, de Percival Lowell, qui équipa l’Observatoire de Flagstaff, en Arizona, et planifia ses travaux avec un succès si remarquable, l’astronomie perd l’un de ses disciples les plus ardents et observateurs enthousiastes. Le professeur Lowell est né à Boston le 13 mars 1855 et a obtenu son diplôme à Harvard en 1876. Il a vécu au Japon à intervalles réguliers de 1883 à 1893 et, la première année, a été nommé Conseiller et Secrétaire aux Affaires étrangères de la Mission spéciale coréenne aux États-Unis. Ses expériences de la vie orientale ont été décrites dans plusieurs volumes mémorables, à savoir « Chosön: un croquis de la Corée », « L’âme de l’Extrême-Orient », « Noto: un coin inexploré du Japon » et « Japon occulte ». Ses autres publications comprennent « Mars », publié en 1895, « Le Système solaire », « Mars et ses canaux », « Mars comme demeure de vie », « L’évolution des mondes » et plusieurs beaux volumes de « Annals of the Lowell Observatory ». » En 1902, il est nommé professeur non résident d’astronomie au Massachusetts Institute of Technology et, en 1904, il reçoit la médaille Janssen de la Société française d’astronomie pour ses recherches sur Mars. Il avait de nombreux admirateurs dans ce pays et était toujours prêt à aider les entreprises ayant pour objet l’avancement des connaissances. Une illustration de cette caractéristique était le soutien qu’il apporta à l’Observatoire de Hill, à Sidmouth ; et il avait la particularité d’être le seul en dehors de la Grande-Bretagne à contribuer financièrement à la dotation de ce nouvel observatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.